Experts qualifiés et assurés

Experts qualifiés et assurés

Les experts inscrits sont proches de chez vous et ont été scrupuleusement vérifiés

100% gratuit et indépendant

100% gratuit et indépendant

Nous sommes neutres et en aucun cas affiliés avec les experts inscrits sur notre site

Rapide et sans engagement

Rapide et sans engagement

Si les devis transmis ne vous conviennent pas, vous êtes libre de ne pas y répondre

  1. Énergie renouvelable
  2. Chauffage bois / Granulé

Avec le cout toujours plus élevé des énergies fossiles, dû notamment à leur raréfaction, les énergies renouvelables ont le vent en poupe. Ainsi, le chauffage utilisant la biomasse comme combustible (bois et matières organiques d'origine végétale) est devenu depuis quelques années une solution écologique alternative durable et économiquement rentable. En effet, le bois est présent en grande quantité dans la nature, d'autant plus que le rendement énergétique des systèmes de chauffage au bois ne cesse de s'améliorer.

Comment ça marche

Pour fonctionner, certains poêles utilisent des granulés de bois (pellets) ou des bûches compressées, ces combustibles offrant une plus grande autonomie d'utilisation. Certains poêles sont même équipés d'une mise en marche électronique et programmable. D'autres appareils sont mixtes, c'est-à-dire qu'ils fonctionnent aussi bien au bois qu'aux granulés.

Il faut savoir qu'il n'est pas recommandé de surdimensionner un système de chauffage au bois. L'idéal est d'avoir un poêle plus petit qui fonctionne à plein rendement, car le fonctionnement au ralenti diminue la qualité de la combustion (mélange avec l'oxygène de l'air) et produit même une surconsommation de combustible ainsi que l'encrassement du système.

Les différents types de chauffage au bois ou à granulés

Le poêle à bois

Ces systèmes sont aujourd'hui conçus dans des design modernes et sont performants. Contrairement aux idées reçues, ils ne doivent pas forcément être encastrés ou accolés au mur. Effectivement, il est tout à fait possible de les placer au milieu de la pièce pour optimiser la diffusion de la chaleur.

Le poêle à bois offre un rendement élevé qui se chiffre entre 70 à 81%. Non seulement il peut faire office de chauffage individuel, mais aussi de chauffage d'appoint. Pour le faire fonctionner, il suffit de l'alimenter en bûches.

Il existe des variantes encore plus modernes en matière de poêles à bois. On peut notamment citer les modèles suivant :

  • À double combustion pourvus de diverses entrées d'air pour que la chaleur augmente plus vite.
  • Dotés d'un ventilateur, lequel favorise la combustion.
  • Pourvus d'un système de réglage de température télécommandé.

Dans tous les cas, même si le transport des bûches a le don de rebuter certains consommateurs, la véritable flamme que l'on peut voir évoluer dans la chambre de combustion contribue déjà à apporter une certaine forme de chaleur réconfortante à la maison.

Que vous optiez pour un modèle en pierre, en acier, en céramique ou en fonte, le poêle à bois réchauffe doucement mais en continu. Et même à la fin de la combustion, l'âtre continue à diffuser un peu de chaleur.

Autre avantage à retenir, ce système de chauffage ne nécessite que très peu d'entretien et son installation est simple et rapide.

Le poêle à pellets ou à granulés

Le poêle à granulés est le système de chauffage qui offre le meilleur rendement avec un pourcentage oscillant entre 80 et 85%. Il est aussi l'appareil au bois qui pollue le moins et, puisqu'on utilise des granulés ou pellets au lieu de bûches, il n'y a aucun problème pour le transport de ce type de combustible.

Si vous disposez d'un système de canalisation pour diffuser la chaleur à travers la maison, le poêle à pellets peut faire office de chauffage principal sans que son rendement ne se réduise.

Un de ses principaux atouts est son autonomie. En effet, alors que le poêle à bois doit être régulièrement alimenté en bûche, le poêle à pellets se remplit automatiquement grâce à un réservoir de granulés directement intégré dans l'appareil. C'est ce dernier qu'il faudra contrôler de temps à autre.

Il est également possible de programmer les horaires de chauffage pour ne pas gaspiller inutilement des pellets. Selon votre budget ou vos goûts personnels, l'autonomie de ce système de chauffage peut aller de 12 à 72 heures.

Enfin, puisqu'il utilise des granulés produits à partir de chutes de bois inutilisées, ce système permet de réduire la consommation de bois.

La cheminée à insert

Avec un rendement allant de 70 à 85%, la cheminée à insert est, non seulement moderne, mais aussi performante. Son installation requiert néanmoins les services de professionnels. Cependant, une fois en place, elle vous offre un système de chauffage économique et écologique.

La cheminée à insert s'installe au niveau de votre vieille cheminée ou d'une cheminée toute neuve. C'est un bloc de fonte qui doit être encastré dans l'ancien foyer et qui est pourvu d'une façade vitro-céramique. Ce type de chauffage peut utiliser à la fois des granulés ou du bois.

Pour fonctionner, la cheminée à insert va aspirer l'air ambiant pour la réchauffer avant de la rejeter à travers la pièce. Pensez à bien fermer la porte vitro-céramique pour optimiser son rendement, car si vous la laissez ouverte ou entrouverte, elle sera semblable à une cheminée à foyer ouvert dont le rendement se situe entre 10 à 15% seulement.

Les avantages du chauffage au bois ou à granulé

Ces dernières années, le chauffage au bois ou à granulé redevient tendance. Il faut dire que le système, plus moderne et performant, a de quoi séduire.

Une performance de chauffe optimale

Grâce à la haute densité énergétique des pellets, le chauffage à granulés offre des rendements énergétiques pouvant aller au-delà de 90%. Cette capacité de chauffe est aussi valable pour l'insert ou la cheminée à foyer fermé de nouvelle génération.

Sa performance sera encore accrue si vous l'associez à des systèmes de régulation tels que le programmateur, la domotique, le thermostat, les robinets thermostatiques... Ces appareils vous permettent de mieux maitriser votre consommation énergétique tout en maintenant un confort thermique agréable au sein de la maison.

Pour se doter d'un système réellement performant, il est nécessaire de choisir la puissance de la chaudière à bois en fonction de la surface à chauffer. Plus elle est grande, plus le système devra être performant. Pour vous aider à choisir facilement, voici quelques informations à retenir :

  • Pour une surface à chauffer de 25m2, la puissance idéale est de 2-3kW.
  • Pour une surface à chauffer de 45m2, la puissance idéale est de 4-5kW.
  • Pour une surface à chauffer de 90m2, la puissance idéale est de 9-10kW.
  • Pour une surface à chauffer de 120m2, la puissance idéale est de 12-13kW.
  • Pour une surface de 150m2 et plus, la puissance minimale est de 15kW.

Contrairement à la chaudière à granulés, le poêle à bûches est moins performant avec un rendement moyen situé entre 70 et 80%. Cela s'explique par le pouvoir calorifique plus élevé des pellets par rapport aux bûches.

Une solution écologique

Les granulés sont conçus à partir du recyclage de sciures de bois. Leur impact sur l'environnement est donc moindre puisque la matière première (les sciures et copeaux de bois) provient naturellement des chutes de bois dans les ateliers de menuiserie. De plus, le bois est une énergie renouvelable dont l'impact sur le réchauffement climatique est très limité.

En termes d'émissions de gaz à effet de serre, le niveau est également limité surtout si vous optez pour une chaudière labellisée Flamme Verte.

On vous l'accorde, la combustion du bois génère du gaz carbonique. Il faut toutefois partir du principe que durant toute sa durée de vie, ce même bois a consommé plus d'émanations toxiques qu'il n'en produit lors de sa combustion. Il est douze fois moins polluant que le fioul et cinq fois moins polluant que l'électricité. Et, dans la majorité des cas, le bois utilisé provient de forêts gérées de façon éco-responsable.

Un cout d'utilisation moindre

Les granulés sont des combustibles peu onéreux. Leur cout au kWh (environ 7 euros) est légèrement au-dessus de celui des bûches (environ 4,30 euros), mais reste en dessous du prix des autres types de combustibles comme le gaz naturel (environ 8,60 euros), le fioul (environ 10 euros) ou l'électricité (environ 15 euros). Il faut aussi mentionner que, contrairement à l'électricité, les pellets ne nécessitent pas d'abonnement à payer en plus.

Même s'ils coutent plus cher que les bûches et le bois déchiqueté, les pellets offrent un meilleur rendement par rapport à ces derniers. Voilà pourquoi leur utilisation reste économique.

Des aides et subventions possibles

L'acquisition d'une chaudière à bois nécessite un investissement de départ assez conséquent. Toutefois, vu les économies d'énergie qu'il offre une fois en place, le système sera amorti en quelques années. De plus, diverses aides et subventions financières ont été mises en place pour aider les ménages à le financer.

Parmi elles, on peut citer :

  • MaPrimeRénov' (anciennement CITE) : elle est attribuée aux foyers à revenus modestes et qui sont propriétaires de leur logement depuis plus de deux ans.
  • Le crédit d'impôt : il est accordé aux foyers à revenus intermédiaires dont le logement est achevé depuis plus de deux ans.
  • La TVA à 5,5% : ce taux s'applique sur le cout de l'appareil, des fournitures s'y référant et de la main-d'œuvre. Elle est accordée aux propriétaires dont le logement est achevé depuis plus de deux ans.
  • La formule "Habiter Mieux Sérénité" de l'Anah : destinée aux foyers à revenus modestes, mais uniquement des propriétaires occupants, cette aide est attribuée lorsque les travaux de rénovation thermique prévus permettent de réduire la consommation d'énergie d'au moins 25%.
  • Les aides des fournisseurs d'énergie : elles sont attribuées aux foyers datant de plus de deux ans et dont l'appareil de chauffage offre un rendement supérieur ou égal à 70%.
  • L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : il est accordé aux propriétaires d'un logement depuis plus de deux ans et qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique.

Grâce à toutes ces aides, l'acquisition d'une chaudière à bois est accessible à de nombreux foyers. Notez toutefois que, pour une meilleure rentabilité, cet appareil est surtout idéal pour chauffer des espaces assez vastes.

Un design plus soigné

Les chaudières et poêles à bois d'aujourd'hui sont plus soignés au niveau esthétique pour qu'on puisse les intégrer facilement dans le décor intérieur de chaque foyer. On en trouve divers modèles tels que les poêles suspendus, ronds, traditionnels, contemporains, sobres, flashy...

Avant de craquer sur un modèle, assurez-vous qu'il soit performant en prêtant attention aux caractéristiques techniques. Retenez aussi que plus l'appareil sera volumineux, plus il consommera du combustible.

De la technologie en plus

Les modèles d'aujourd'hui embarquent des fonctionnalités intelligentes. Ils sont équipés d'un tableau de commande depuis lequel vous pouvez programmer les plages horaires de chauffage pour les prochains jours, la température de chauffe, la régulation de la ventilation pour réduire le bruit émis...

Certains sont pourvus de la fonction wifi permettant la programmation et la régulation à distance.

D'autres sont dits "à convection naturelle". Ils sont dépourvus de système de ventilation, ce qui les rend très silencieux. Il faut néanmoins souligner que la chaudière à granulé n'émet un bruit assez gênant qu'au moment du démarrage. Au fur et à mesure qu'elle fonctionne, le bruit devient plus discret.

Une facilité d'utilisation

Le système de chauffage à granulé est facile à utiliser. Si vous avez choisi un modèle manuel, il faudra alimenter l'appareil de pellets, de manière régulière. Dans ce cas-là, vous devrez acheter le combustible par sac. C'est le mode d'utilisation conseillé lorsqu'on ne dispose pas de silo de stockage.

Si vous avez choisi un modèle automatique, c'est le fournisseur de granulés lui-même qui se charge de faire la livraison annuelle en remplissant votre silo. De là, les pellets seront acheminés petit à petit et automatiquement vers l'appareil sans que vous ayez à l'alimenter vous-même. La livraison se fait généralement par tonne, soit la quantité suffisante pour se chauffer toute une année.

Pourquoi choisir un appareil labellisé Flamme verte

Le label Flamme Verte a été lancé en 2000 par des fabricants d'appareils domestiques avec le soutien de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Sous ce label, les fabricants se donnent pour mission de concevoir des appareils performants, mais respectueux de l'environnement.

Pour ce faire, une charte qualité stricte doit être respectée afin que l'utilisation du bois pour le chauffage offre un bon rendement tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre. Dans les détails, un système de chauffage au bois, pour qu'il puisse être labellisé Flamme Verte, doit :

  • Offrir un rendement minimal de 70%.
  • Faire preuve de performances énergétiques et environnementales.
  • Préserver la qualité de l'air avec un minimum de particules fines et de monoxyde de carbone...

Ces critères sont retenus pour classifier les appareils labellisés Flamme Verte. Ils sont notés par des étoiles, leur nombre déterminant leur niveau de performance. Les plus performants affichent au moins 5 étoiles.

Choisir un appareil portant ce label, c'est donc faire le choix d'un chauffage économique tout en préservant l'environnement.

Prix d'un chauffage bois ou à granulé

Avant d'investir dans un système de chauffage à granulé, tenez compte des dépenses qu'il faut prévoir à l'achat et durant son fonctionnement. Il faut effectivement souligner que le budget doit tenir compte de différents facteurs, à savoir :

  • Le prix de l'appareil.
  • Son cout d'installation.
  • Les frais d'entretien annuel et les frais de ramonage semestriel.
  • Le cout des pellets de bois.

En moyenne, une chaudière à granulé standard coute entre 8.000 et 12.000 euros. Pour un modèle automatique, il faut prévoir entre 10.000 et 15.000 euros. Pour un modèle à condensation, le prix de départ est de 12.000 euros environ.

À ces prix, il faut rajouter le cout du silo si vous prévoyez une alimentation automatique du système. En moyenne, il oscille entre 800 et 2.600 euros.

Quant à la main d'œuvre, la mise en place de la chaudière sera facturée entre 1.000 à 3.000 euros. Si le chauffagiste doit en plus installer le silo, il faut rajouter 500 ou 1.000 euros de plus. Notez que pour bénéficier des aides financières citées plus haut, vous devez faire appel à un professionnel certifié RGE.

Dans le cas où votre budget est très en-deçà des devis obtenus, il est toujours possible de se chauffer au bois, mais en utilisant un poêle à granulés. Dans cette catégorie, les modèles labellisés 7 étoiles par Flamme Verte coutent entre 500 et 3.200 euros, ce qui revient quand même moins cher. Les poêles restent néanmoins moins performants puisqu'on les utilise surtout en chauffage d'appoint et non en chauffage central. Pour le chauffage central, il faut investir dans une chaudière à pellets.

L'installation de certains types de chauffage particulièrement économes en énergie donnent droit à un crédit d'impôt, notamment ceux dont le rendement est au moins égal à 70%. Demandez conseil à un installateur pour connaitre les aides dont vous pouvez bénéficier en fonction du type d'appareil de chauffage que vous aurez choisi.

Devis en cours

  • 18/10/2021 Diagnostics immobiliers / 69003 Lyon
  • 18/10/2021 Diagnostics immobiliers / 53260 Force
  • 18/10/2021 Diagnostics immobiliers / 97400 La Montagne
  • 18/10/2021 Diagnostics immobiliers / 92370 Chaville
Voir tous les devis

Blog

  • DPE, comment est-il calculé ?

    05/10/2021

    Le DPE ou diagnostic de performance énergétique figure parmi les diagnostics immobiliers obligatoires à réaliser avant la vente ou la mise en location d’un logement. Cette expertise permet de mesurer la consommation d’énergie primaire du …

    Lire la suite
  • Les différents types d’amiante dans la construction

    21/09/2021

    Massivement utilisé dans le secteur du BTP avant 1997, l’amiante est une fibre minérale que l’on retrouve naturellement dans les roches. Il a été exploité pour ses vertus ignifuges et parce qu’il est un bon …

    Lire la suite
  • Qu’est-ce que le DPE projeté ?

    07/09/2021

    Depuis 2020, la réalisation d’un DPE projeté est obligatoire pour bénéficier d’un prêt à taux zéro (PTZ) dans l’immobilier ancien. Quel est ce nouveau diagnostic et qu’est-ce qui le différencie des autres diagnostics de performance …

    Lire la suite
  • Le diagnostic plomb après travaux

    31/08/2021

    Le plomb est un polluant malheureusement encore très présent dans de nombreux bâtiments, majoritairement construits avant 1949. Voilà pourquoi le CREP (constat de risque d’exposition au plomb) est obligatoire au sein de ces locaux, notamment …

    Lire la suite
  • Êtes-vous prêt à passer à l’énergie solaire ?

    17/08/2021

    Vous souhaitez vous lancer dans l’installation de panneaux solaires sur votre toiture ? Cette démarche n’est pas à prendre à la légère : de nombreux critères sont à prendre en compte, et le calcul du …

    Lire la suite