Experts qualifiés et assurés

Experts qualifiés et assurés

Les experts inscrits sont proches de chez vous et ont été scrupuleusement vérifiés

100% gratuit et indépendant

100% gratuit et indépendant

Nous sommes neutres et en aucun cas affiliés avec les experts inscrits sur notre site

Rapide et sans engagement

Rapide et sans engagement

Si les devis transmis ne vous conviennent pas, vous êtes libre de ne pas y répondre

  1. Énergie renouvelable

Les énergies renouvelables sont des énergies de substitution aux énergies dites "fossiles" qui ne sont disponibles qu'en quantité limitée sur terre. L'utilisation à grande échelle des énergies fossiles produit une énorme quantité de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère. Ces énergies, composées de carbone et d'hydrogène, sont en partie responsables du réchauffement climatique.

Les réserves d'énergies fossiles ne sont pas inépuisables, d'autant que nos besoins en énergie deviennent toujours plus importants et que cette tendance ne tend pas à s'infléchir, bien au contraire. Dès lors, la réduction des gaz à effet de serre produits par les bâtiments passe inéluctablement par une diversification du bouquet énergétique.

Par opposition aux énergies fossiles, on considère que la quantité d'énergies renouvelables disponibles et exploitables est par définition illimitée. On parle alors d'énergies durables, propres, nouvelles ou vertes, dans le sens où elles ne produisent pas ou peu d'émissions de dioxyde de carbone (CO2).

Ainsi, la recherche d'énergies dites "de substitution" ou énergies renouvelables est devenu un enjeu crucial pour l'humanité car, si nous n'agissons pas, les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique auront inéluctablement des conséquences sur l'environnement et affecteront profondément notre mode de vie dans l'avenir.

Vous trouverez ci-dessous la liste des énergies renouvelables proposées sur notre site.

Chauffage bois / Granulé

Avec son coût moindre par rapport au gaz ou à l'électricité, le bois est de plus en plus sollicité en tant qu'énergie de chauffage. Il est considéré comme un combustible écologique, durable et évidemment rentable. La modernisation des systèmes de chauffage au bois le rend d'autant plus intéressant.

Le chauffage bois / Granulé séduit plus que jamais puisqu'en plus d'offrir une bonne rentabilité, sa performance est aussi accrue. Les systèmes aujourd'hui existants utilisent soit des granulés de bois ou pellets, soit des bûches compressées. Il existe aussi des appareils mixtes qui peuvent utiliser les deux types de combustibles.

Pour faire le bon choix, il faut faire attention au surdimensionnement et au sous-dimensionnement. Le poêle doit être choisi en fonction de la surface à chauffer. Parmi les modèles aujourd'hui existants, on peut citer :

  • Le poêle à bois dont le rendement oscille entre 70 et 81%. Ce modèle utilise généralement des bûches et on en trouve des variantes plus évoluées. Certains poêles à bois sont pourvus d'un ventilateur, d'un système télécommandé de réglage de température ou d'un système à double combustion.
  • Le poêle à granulés dont le rendement se situe entre 80 et 85%. Il utilise des pellets et est le système de chauffage au bois le moins polluant. Les horaires de chauffage peuvent être programmés en fonction des besoins.
  • La cheminée à insert dont le rendement se situe entre 70 et 85%. Ce modèle peut utiliser à la fois des bûches et des granulés.

Chauffage solaire / Chauffe-eau

L'énergie solaire fait partie des énergies renouvelables les plus exploités actuellement. Présente en quantité illimitée dans l'environnement et surtout gratuite, elle permet de chauffer le logement ou de produire de l'eau chaude sanitaire. La performance du chauffage solaire / Chauffe-eau va néanmoins dépendre de la localisation géographique du logement à chauffer et de l'emplacement des capteurs solaires. Faire appel à un professionnel compétent s'avère alors indispensable pour bien rentabiliser l'investissement nécessaire pour l'installation d'un tel système.

Pour fonctionner grâce aux rayons du soleil, le chauffage nécessite effectivement la mise en place de panneaux solaires faisant office de capteurs solaires ainsi que d'une entité qui va transformer l'énergie solaire en énergie de chauffage. La chaleur pourra être diffusée différemment au sein du logement comme par le biais d'un plancher chauffant.

Pour la production d'eau chaude sanitaire, divers systèmes existent. Il y a le chauffe-eau solaire individuel qui a pour seule tâche de produire de l'eau chaude. Ce genre d'appareil peut couvrir jusqu'à 80% de l'eau chaude utilisée au sein du logement. On retrouve aussi un système mixte qui permet à la fois de produire de l'eau chaude et de chauffer le logement. On parle alors de système solaire combiné ou SSC.

Toujours en matière d'énergie solaire, sachez qu'avec certaines installations, il est aussi possible de la transformer en électricité alimentant les divers appareils électriques du logement.

Chauffe-eau thermodynamique

Contrairement au chauffe-eau solaire, le chauffe-eau thermodynamique évite l'installation de panneaux solaires. Il est alors plus rentable et peut s'avérer tout aussi efficace. Ce système est également moins énergivore puisqu'il consomme trois à quatre fois moins d'énergie.

Le chauffe-eau thermodynamique se compose de deux unités reliées entre elles :

  • Le ballon d'eau chaude ou cumulus.
  • La pompe à chaleur ou PAC.

La pompe à chaleur capte les calories présentes dans son environnement direct et les restitue dans le circuit d'eau chargé de produire de l'eau chaude sanitaire. Lorsqu'il n'y a pas assez d'énergie dans l'environnement, une résistance électrique s'enclenche automatiquement pour prendre le relais de la pompe à chaleur.

Pour optimiser sa performance, le chauffe-eau thermodynamique, et surtout la pompe à chaleur, doit être installé là où il y a le plus d'énergies renouvelables. Son rendement sera ainsi accru et la résistance électrique, bien que peu énergivore, ne s'enclenchera pas trop souvent.

Globalement, ce système permet d'économiser jusqu'à 70% sur sa facture de chauffage de l'eau. De plus, son installation donne droit à différentes aides et subventions comme le crédit d'impôt ou encore la TVA à taux réduit.

Faites appel à un professionnel compétent pour obtenir un devis et des conseils avisés pour la réalisation de l'installation. En règle générale, chaque projet doit être étudié au cas par cas pour que le système soit à la hauteur des attentes des propriétaires.

Éolienne

Utilisée depuis des siècles, l'énergie éolienne consiste à capter l'énergie du vent pour la convertir en énergie électrique et en énergie mécanique. De nos jours, il est possible pour un particulier de mettre en place ce type de système pour alimenter sa maison en électricité. On parle, dans ce cas-là, d'installations domestiques.

Pour optimiser sa performance, l'éolienne :

  • Doit être placée à un endroit stratégique, là où il y a un maximum de vent. Il faut donc penser à son orientation et aussi à la configuration du terrain.
  • Doit tenir compte de la température car, d'une certaine manière, l'énergie éolienne provient de l'énergie solaire.
  • Doit être adaptée à la puissance désirée et la longueur des pales est dimensionnée en fonction de la fréquence de rotation de l'hélice.

Grâce aux éoliennes, l'énergie cinétique des masses d'air peut être transformée en énergie mécanique. C'est notamment le cas lorsqu'elle est utilisée pour faire tourner un moulin ou pour permettre le pompage de l'eau.

Et pour la convertir en énergie électrique, les éoliennes doivent être associées à un générateur électrique. Ce dernier va donner soit du courant alternatif, soit du courant continu. Ce générateur peut être autonome lorsqu'il est couplé à un générateur d'appoint, mais il est aussi possible de l'associer au réseau électrique.

Selon les projets, les éoliennes peuvent être installées sur la terre (onshore) ou en mer (offshore). Dans tous les cas, les parcs éoliens ne génèrent pas de gaz à effet de serre une fois qu'ils sont exploités.

Géothermie

La géothermie consiste à capter la chaleur stockée dans le sol pour la transformer en énergie de chauffage ou en énergie de production d'eau chaude sanitaire. La chaleur du sol est une énergie renouvelable, inépuisable et gratuite qui permet, à terme, de faire des économies d'énergie importantes. Son exploitation nécessite néanmoins un investissement de départ important.

Pour capter l'énergie accumulée dans le sol, il faut mettre en place un système en circuit fermé qui véhicule un fluide caloporteur. Ce fluide puise la chaleur au niveau des capteurs enfouis dans le sol pour la transmettre à la pompe à chaleur qui va se charger d'injecter les calories sous forme d'énergie de chauffage ou de production d'eau chaude. Dans ce premier cas de figure, l'installation d'une pompe à chaleur est requise. Cette méthode est adaptée aux maisons individuelles.

Pour des sites plus larges comme un quartier, il faudra réaliser des forages pour enfouir les capteurs encore plus profondément dans le sol.

Outre le transport des calories via le fluide caloporteur, il est aussi possible de véhiculer directement l'eau chaude des nappes phréatiques pour alimenter les installations de chauffage et de production d'ECS. Lorsque cette eau est très chaude, on peut mettre en place une turbine pour produire de l'électricité.

Faire appel à un professionnel est conseillé pour tout projet d'installation géothermique. Une étude du sol et des installations à mettre en place s'imposent en fonction de chaque budget.

Panneau solaire

Les panneaux solaires permettent de capter les calories des rayons solaires pour les transformer en énergie alimentant la maison. Si la matière première reste les rayons du soleil, les produits finis peuvent être différents en fonction des installations mises en place.

On distingue ainsi deux types principaux de panneau solaire.

Les panneaux solaires thermiques

Ces panneaux sont dotés de capteurs qui vont capturer l'énergie solaire. Celle-ci est ensuite injectée dans un fluide caloporteur pour permettre la production d'énergie alimentant le système de chauffage ou le système de production d'eau chaude sanitaire. Les panneaux solaires thermiques peuvent aussi être utilisés pour réchauffer l'eau de la piscine.

Ce sont les modèles les plus courants, mais si on souhaite exploiter l'énergie renouvelable du soleil pour produire de l'électricité, il faut faire appel aux panneaux solaires photovoltaïques.

Les panneaux solaires photovoltaïques

Ces panneaux solaires sont dotés de capteurs en silicium qui vont transmettre l'énergie captée à un convertisseur. Ce dernier transforme l'énergie solaire en électricité qui va alimenter tout ou partie de la maison.

Malgré un investissement conséquent, il est possible de rentabiliser l'installation de panneaux solaires photovoltaïques en revendant le surplus d'électricité produit aux réseaux publics.

Dans les deux cas, thermiques ou photovoltaïques, il est conseillé de faire appel à un professionnel afin de bien étudier le projet. Notez que le rendement énergétique des panneaux solaires est fonction de leur exposition aux rayons du soleil. On note donc souvent une baisse de rendement en hiver.

Pompe à chaleur

La pompe à chaleur ou PAC est un système qui permet de transformer les énergies renouvelables en énergies alimentant le logement. Même si leur principe de fonctionnement reste le même, il en existe différents types en fonction des énergies utilisées.

On distingue ainsi :

  • La PAC sol-eau : le système puisque l'énergie stockée dans le sol pour la restituer à l'eau alimentant le système de chauffage ou assurant la production d'eau chaude sanitaire. Des capteurs sont enfouis dans le sol et reliés à la pompe à chaleur via le fluide caloporteur.
  • La PAC air-air : ce système puise les calories présentes dans l'air pour les transformer en énergie chargée, soit de réchauffer l'air ambiant, soit de le refroidir. La pompe à chaleur peut être associée à une climatisation réversible pour réchauffer en hiver et rafraichir en été.
  • La PAC air-eau : on parle alors d'aérothermie. Le système puise les calories présentes dans l'air pour les injecter dans l'eau de la chaudière.
  • La PAC eau-eau : le système puise les calories présentes dans les eaux des nappes phréatiques pour produire de l'eau chaude alimentant le système de chauffage et la production d'eau chaude sanitaire.

La pompe à chaleur, quelle qu'en soit la forme, nécessite un investissement conséquent. Il est néanmoins possible d'obtenir des aides et subventions pour la financer. Sur le moyen terme, elle réduit considérablement la consommation d'énergie des logements et donc le montant des factures énergétiques.

Puits canadien / Provençal

Le puits canadien ou puits provençal est un système ingénieux qui permet d'injecter de l'air chaud dans le logement en hiver et de l'air frais en été. C'est une sorte de climatisation réversible qui fait appel à un échange thermique pour fonctionner. On parle ainsi d'échangeur air-sol.

Le principe du puits canadien / Provençal est simple. Un conduit est enterré à au moins 1,5 mètre de profondeur dans le sol. Ce conduit dispose à une extrémité, d'une entrée d'air en contact avec l'environnement extérieur et une sortie d'air installée au sein du logement. Lorsque l'air extérieur entre dans le conduit, il passe sous le sol et y puise l'énergie qui s'y est accumulé. Il rejette ensuite cet air soit refroidi soit réchauffé à l'intérieur du logement.

En hiver, l'intérieur du sol stocke de la chaleur tandis qu'en été, il reste frais. C'est pour cela qu'il faut enterrer le conduit à 1,5 mètre de profondeur, là où les changements climatiques n'ont que très peu d'influence.

Pour faciliter la circulation de l'air au sein du conduit, il est possible d'y associer un système de ventilation pour une circulation mécanique de l'air. On peut aussi opter pour une circulation passive par le biais de la surpression.

Le puits canadien est un système écologique et économique. En plus de réchauffer ou rafraichir le logement, il permet aussi un renouvellement d'air en continu.

Récupération eau de pluie

L'eau douce ne représente que 3% des réserves d'eau mondiale. Elle est pourtant source de vie et devient une denrée de plus en plus rare. Pour économiser l'eau, la mise en place d'un système de récupération des eaux pluviales est conseillée à tous les foyers. Dans certains pays comme la Belgique, cela est même obligatoire pour les constructions neuves.

Pour récupérer l'eau de pluie, l'installation doit être confiée à un professionnel. En effet, cela nécessite souvent la mise en place d'une cuve enterrée puisque pour préserver l'eau récupérée de la prolifération de bactéries, il faut la stocker dans un endroit à l'abri de la chaleur et de la lumière.

La taille de la cuve dépendra des besoins en eau non potable de la maison. Si vous devez arroser de vastes plantations, il est plus judicieux d'opter pour une cuve d'environ 15 mètres cubes alors que si vous avez besoin d'eau non potable pour un petit jardin, le lavage de la voiture et le lave-linge, une cuve de 3 mètres cubes peut suffire. L'expert saura faire le calcul en fonction de vos besoins réels. En ce qui concerne le matériau de construction, le béton est une des meilleures options. En plus d'être robuste, il neutralise l'acidité de l'eau de pluie.

La récupération d'eau de pluie permet d'économiser l'eau douce et réduit, en parallèle, les risques d'inondation en cas de fortes pluies.

Toiture végétale

La toiture végétale ou végétalisée commence à gagner du terrain. Cela consiste à recouvrir la toiture de végétaux. C'est une technique vieille de plusieurs siècles, mais qui n'a été remise au goût du jour que récemment. Cette astuce ingénieuse procure de nombreux avantages. En effet, la toiture végétale :

  • Est un bon isolant thermique : elle stocke la chaleur en hiver et réduit ainsi les déperditions thermiques par le toit. En été, elle conserve la fraicheur et garde ainsi l'intérieur de la maison à une température agréable.
  • Est un bon isolant acoustique : elle protège les occupants des nuisances sonores provenant de l'extérieur.
  • Prolonge la durée de vie des toitures puisque les végétaux protègent le toit des rayons UV.
  • Réduit les émissions de gaz à effet de serre puisque les plantes captent le gaz carbonique.

Il est également possible de l'associer à un système de récupération d'eau de pluie. Ainsi, votre toiture végétalisée peut aussi contribuer à réduire les risques d'inondation puisqu'elle retient une partie des eaux.

Pour mettre en œuvre de type de toiture, il est conseillé de confier le projet à un professionnel. Idéalement, il faut la prévoir dès la construction de la maison, mais il reste néanmoins possible de l'installer dans le cadre d'une rénovation. L'expert devra toutefois étudier sa faisabilité en fonction de l'épaisseur de terre et de la nature du toit existant.

Comparez les tarifs des professionnels

Nous avons référencé pour vous des experts des énergies renouvelables spécialisés dans tous les secteurs d'activités énoncés ci-dessus et dans chaque région de France, cela afin que vous puissiez obtenir gratuitement et sans engagement plusieurs devis comparatifs. Vous pourrez ainsi mieux comparer les offres disponibles sur le marché et donc faire le choix d'un prestataire en toute connaissance de cause.

Devis en cours

  • 11/08/2020 Expertises du bâtiment / 78130 mureaux
  • 03/08/2020 Diagnostics immobiliers / 09210 Lézat-sur-Lèze
  • 27/07/2020 Diagnostics immobiliers / 93420 Villepinte
  • 22/07/2020 Études énergétiques / 20250 Corte
Voir tous les devis

Blog

  • Combien coûte un diagnostic termites ?

    28/07/2020

    Lorsqu’un bien immobilier mis en vente est situé dans une zone infestée par des insectes xylophages, un diagnostic termites ou état relatif à la présence de termites doit être réalisé. Le rapport qui en découle …

    Lire la suite
  • Le diagnostic du risque d’intoxication par le plomb des peintures (DRIPP)

    21/07/2020

    L’exposition prolongée au plomb peut générer différentes complications dont le saturnisme. Il s’agit d’une maladie qui, si elle n’est pas traitée à temps, peut entrainer la mort. Les jeunes enfants sont les plus vulnérables. Lorsqu’un …

    Lire la suite
  • Le diagnostic amiante après travaux

    13/07/2020

    L’amiante est un produit hautement cancérigène présent dans les matériaux de construction utilisés avant 1997. Tous les bâtiments concernés doivent subir un diagnostic amiante avant la vente ou la mise en location ainsi qu’avant et …

    Lire la suite
  • Quels sont les différents types de DPE ?

    30/06/2020

    Le diagnostic de performance énergétique ou DPE fait partie des diagnostics obligatoires à fournir en cas de vente ou de mise en location d’un bien immobilier. Il doit être annexé aux documents relatifs à la …

    Lire la suite
  • Combien coûte un diagnostic électrique ?

    23/06/2020

    Avant de vendre ou de louer un bien immobilier, le propriétaire vendeur ou bailleur a l’obligation de faire réaliser un diagnostic électrique. Cette expertise permet de connaitre l’état de l’installation d’électricité afin d’entreprendre les éventuels …

    Lire la suite