Experts qualifiés et assurés

Experts qualifiés et assurés

Les experts inscrits sont proches de chez vous et ont été scrupuleusement vérifiés

100% gratuit et indépendant

100% gratuit et indépendant

Nous sommes neutres et en aucun cas affiliés avec les experts inscrits sur notre site

Rapide et sans engagement

Rapide et sans engagement

Si les devis transmis ne vous conviennent pas, vous êtes libre de ne pas y répondre

  1. Solution énergétique
  2. Éclairage

Bien choisir son système d'éclairage intérieur est primordial dans tout type de local (logement, bâtiment tertiaire, établissement recevant du public...). En effet, l'éclairage représente à lui seul une part importante de la facture énergétique des bâtiments et des logements. De plus, chaque système d'éclairage nécessite des installations spécifiques et adaptées à chaque besoin.

Adapter l'éclairage selon les lieux

Pour un bureau ou une unité de production, on choisira un système simple où l'efficacité énergétique sera primordiale, en priorité des lampes de type fluorescent.

Dans certains types de locaux industriels, l'utilisation d'appareils protégés est une nécessité. En imprimerie les lampes préservant la qualité des couleurs est importante.

Dans les musées, la fibre optique s'est imposée depuis quelques années, car elle donne un éclairage discret générant très peu de lumière infrarouge et respectant ainsi les œuvres d'art.

Dans le secteur médical, le niveau d'éclairage doit être adapté, notamment en matière de contrôle lumineux et de spectre des températures.

Des lampes à haut rendement

Auparavant, dans un logement, les lampes les plus couramment utilisées étaient celles à incandescence et les lampes halogènes. Elles ont été remplacées il y a quelques années par les lampes de type fluocompacte (LFC). Actuellement, les lampes à diode électroluminescente (LED) sont reconnues pour leur efficacité et leur rendement énergétique.

Une directive européenne oblige désormais les fabricants à indiquer sur les emballages leur classe énergétique, un peu comme pour les étiquettes du DPE, mais aussi leur puissance, le flux lumineux et la durée de vie des lampes à usage domestique.

Les différents types d'éclairage intérieur

Pour éclairer notre chez soi, différents types d'éclairage s'offrent à nous. Pour choisir aisément, tenez compte de vos besoins en luminosité, de vos envies en éclairage d'ambiance et de votre budget. Ce dernier point est important, car l'éclairage représente 10 à 15% de notre facture d'électricité mensuelle tout de même. Voici quelques points à retenir pour se décider :

Les différents types d'éclairages envisageables

Lorsqu'on parle d'éclairage, on englobe tous les appareils susceptibles de créer une lumière artificielle, que celle-ci soit proche de la lumière du jour ou non. La luminosité offerte varie effectivement selon le type d'éclairage mis en place. Il faut alors distinguer :

  • L'éclairage principal ou général : l'éclairage général, c'est celui qui illumine la totalité d'une pièce sans laisser de recoins sombres. Il s'obtient généralement grâce à un plafonnier ou une lampe à suspension centrale. Les appliques peuvent aussi donner le même résultat mais, dans ce cas-là, il faudra en installer dans chaque recoin. On utilise ce genre d'éclairage pour les pièces de vie comme la cuisine, le salon, la salle à manger ou encore l'entrée. Il a pour but d'éclairer de manière nette et homogène tout ce qui se trouve dans une pièce. Les occupants doivent ainsi pouvoir se déplacer sans heurter les meubles et doivent pouvoir manipuler les différents objets qui s'y trouvent sans difficultés majeures.
  • L'éclairage d'appoint ou d'ambiance : plus doux que l'éclairage principal, l'éclairage d'appoint permet de créer une ambiance tamisée et feutrée dans la maison. Les lampes utilisées diffusent une lumière apaisante et réconfortante. On l'utilise généralement pour les soirées entre amis ou en amoureux, pour prendre l'apéro avec les invités, pour se reposer et pour décompresser. Attention, si vous recevez pour diner, l'éclairage d'appoint ne devra être utilisé qu'au moment de l'apéritif. Durant le repas, il faudra une lumière plus forte et donc, on passe à l'éclairage général ou l'éclairage fonctionnel si vous en avez installé. Pour créer une lumière d'ambiance chez soi, on installe des lampadaires, des lampes à poser sur les étagères ou sur la cheminée, des spots...
  • L'éclairage fonctionnel ou directionnel : cet éclairage est celui qu'on utilise pour faire des activités précises comme diner, lire, cuisiner, se maquiller... La lumière diffusée ne doit en aucun cas vous éblouir. Au contraire, elle doit offrir un certain confort d'utilisation pour ne pas fatiguer vos yeux. Son intensité doit d'ailleurs être assez moyenne. Outre réaliser des tâches spécifiques, l'éclairage directionnel est un élément de décor à exploiter. En effet, il permet de mettre en exergue des tableaux accrochés au mur, des sculptures, des œuvres d'art... Si vous souhaitez instaurer ce style, choisissez des spots orientables. Si vous devez travailler tard dans votre bureau, optez pour une lampe de bureau articulée. Si vous aimez lire avant de dormir, munissez-vous d'une lampe de lecture spécifique. Dans tous les cas, on privilégiera ici l'éclairage direct.
  • L'éclairage direct et l'éclairage indirect : l'éclairage direct illumine directement sans réfléchir la lumière. Voilà pourquoi il faut le choisir pour les lampes fonctionnelles. Ces dernières laissent tomber la lumière directement sur la zone à éclairer. On privilégiera les suspensions, les plafonniers et les spots. L'éclairage indirect, quant à lui, nécessite un support clair pour réfléchir la lumière à travers la pièce. C'est notamment le cas des appliques murales ou tout simplement les lampes à poser avec abat-jour. Les appliques vont d'abord projeter la lumière au plafond et c'est ce dernier qui va la distribuer à travers la pièce. Les lampes avec abat-jour, quant à elles, vont projeter la lumière vers le haut et vers le bas. Le plafond et le support sur laquelle la lampe est posée vont servir de réflecteurs. Il est important d'avoir un support de réflexion de couleur claire pour accentuer la luminosité de la pièce.

Les différents types d'ampoules

Qui dit éclairage dit également ampoule et, sur le marché, on trouve de nombreux modèles. Parmi eux, on peut citer :

  • Les ampoules LED : elles sont aujourd'hui considérées comme les modèles les plus performants sur le marché. Et pour cause, les ampoules LED sont économiques, écologiques et ont une durée de vie d'environ 50.000 heures. Elles peuvent être associées aux différents types d'éclairage cités ci-dessus. Pour avoir une idée de ses performances, sachez que pour donner un flux lumineux de 600 lumens, l'ampoule LED n'aura besoin que de 8W contre plus de 60W pour une ampoule classique. Elles consomment ainsi huit à dix fois moins que les ampoules à incandescence. On les appelle aussi ampoules basse consommation et sont ce qui se fait de mieux aujourd'hui. Elles permettent de réduire la consommation d'électricité de 15%.
  • Les ampoules fluocompactes : elles consomment également peu d'électricité, mais sont cinq fois plus gourmandes que les ampoules LED. Leur durée de vie est aussi plus courte, à raison d'environ 8.000 à 10.000 heures. Cela reste quand même beaucoup si on se réfère aux ampoules à incandescence dont la longévité est seulement de 1.000 heures.
  • Les ampoules halogènes : il s'agit d'ampoules à incandescence halogène très énergivores. Leur durée de vie avoisine les 2.000 heures. On n'en trouve plus beaucoup sur le marché, car leur production a été arrêtée en 2018. Autant que possible, évitez d'en utiliser parce qu'elles consomment beaucoup d'énergie.

Pour avoir une idée de la consommation de vos ampoules et de leur cout sur la facture d'électricité, vous pouvez utiliser la formule suivante : puissance en watts x durée d'utilisation par jour x nombre de jours d'utilisation par an.

Cette première formule nous donne la consommation annuelle mesurée en kWh. Il suffit ensuite de la multiplier par le tarif règlementé de l'électricité et vous aurez une estimation du cout annuel de vos éclairages.

Prix d'un système d'éclairage intérieur

Pour établir un devis, vous devez tenir compte de différents points, à savoir :

  • Le cout du matériel.
  • Le nombre de points lumineux.
  • La main-d'œuvre.

Le cout du matériel

Le prix varie selon le type de luminaire à installer. Souhaitez-vous un lustre très élégant ou un plafonnier plus discret ? Et pour l'éclairage proprement dit, souhaitez-vous des ampoules LED ou des ampoules halogènes ? L'ensemble du devis sera d'abord basé sur les attentes de chacun.

Pour avoir une idée estimative des prix aujourd'hui pratiqués sur le marché, notez que :

  • Une applique coute entre 20 et 150 euros.
  • Un spot à encastrer coute aux environs de 40 euros.
  • Le cout d'un lustre varie entre 80 et 350 euros.

Pour ce qui est des ampoules, les LED sont les plus chères, mais elles en valent la peine vu leur durée de vie. En moyenne, leur prix oscille entre 10 et 50 euros contre 2 à 15 euros pour les autres types d'ampoules. Les différences dépendent de la puissance choisie.

Si, en plus des lampes habituelles, vous souhaitez des installations plus modernes et intelligentes comme les lampes à détecteur de présence, un système d'éclairage piloté à distance... il faudra revoir le budget à la hausse.

Pour un éclairage avec détecteur de présence, il faut prévoir entre 20 et 150 euros par luminaire équipé de cette technologie. Pour la mise en place d'interrupteurs intelligents programmables à distance, il faut prévoir dans les 50 euros par interrupteur. À cela, on ajoutera le cout de la boite centrale de domotique dont le prix oscille entre 200 et 350 euros.

En gros, le budget peut aller du plus basique au plus élevé en fonction de vos envies d'éclairage. Les prix restent sensiblement les mêmes, que ce soit en construction neuve ou en rénovation. Le seul bémol pour la rénovation complète de l'éclairage, c'est qu'il est parfois nécessaire de déterrer des fils encastrés. Les frais d'installation peuvent ainsi augmenter en conséquence.

Le nombre de points lumineux

Cela se réfère au nombre d'ampoules à mettre en place. Il ne vous reste plus qu'à faire le calcul en vous référant aux prix estimatifs cités ci-dessus.

Les frais d'installation

Chaque électricien fixe librement ses honoraires, mais en moyenne, cela varie entre 40 et 50 euros de l'heure. Notez que le cout de la main-d'œuvre varie également en fonction des régions. Dans les grandes villes, les professionnels demandent souvent un prix plus élevé. Et bien sûr, plus l'installation est complexe, plus les frais d'installation seront importants.

Et dans le cas où vous confiez votre éclairage à un architecte d'intérieur, prévoyez entre 80 et 100 euros de l'heure pour ses honoraires. Cela peut sembler plus cher, mais notez qu'en plus de la pose, ce professionnel étudiera l'ensemble de votre système lumineux. Si vous êtes assez tatillon sur le design, l'esthétisme et le rendu final, c'est à lui qu'il faut faire appel.

Faire appel à un artisan professionnel n'est pas obligatoire. Néanmoins, si vous passez par lui, que ce soit pour l'achat du matériel ou la pose de l'éclairage, vous pourrez bénéficier de la TVA intermédiaire à 10%. Cet avantage n'est toutefois possible que si votre maison date de plus de deux ans.

Devis en cours

  • 23/10/2021 Études énergétiques / 60700 Pont-Sainte-Maxence
  • 21/10/2021 Diagnostics immobiliers / 77690 Montigny-sur-Loing
  • 21/10/2021 Diagnostics immobiliers / 49000 Angers
  • 20/10/2021 Diagnostics immobiliers / 30160 Bessèges
Voir tous les devis

Blog

  • Quels sont les diagnostics obligatoires pour une location de courte durée ?

    19/10/2021

    En période de vacances ou pour un séjour de courte durée à l’étranger, beaucoup de personnes préfèrent la location d’appartement ou de studio aux chambres d’hôtel. Pour les propriétaires, c’est une aubaine qui reste néanmoins …

    Lire la suite
  • DPE, comment est-il calculé ?

    05/10/2021

    Le DPE ou diagnostic de performance énergétique figure parmi les diagnostics immobiliers obligatoires à réaliser avant la vente ou la mise en location d’un logement. Cette expertise permet de mesurer la consommation d’énergie primaire du …

    Lire la suite
  • Les différents types d’amiante dans la construction

    21/09/2021

    Massivement utilisé dans le secteur du BTP avant 1997, l’amiante est une fibre minérale que l’on retrouve naturellement dans les roches. Il a été exploité pour ses vertus ignifuges et parce qu’il est un bon …

    Lire la suite
  • Qu’est-ce que le DPE projeté ?

    07/09/2021

    Depuis 2020, la réalisation d’un DPE projeté est obligatoire pour bénéficier d’un prêt à taux zéro (PTZ) dans l’immobilier ancien. Quel est ce nouveau diagnostic et qu’est-ce qui le différencie des autres diagnostics de performance …

    Lire la suite
  • Le diagnostic plomb après travaux

    31/08/2021

    Le plomb est un polluant malheureusement encore très présent dans de nombreux bâtiments, majoritairement construits avant 1949. Voilà pourquoi le CREP (constat de risque d’exposition au plomb) est obligatoire au sein de ces locaux, notamment …

    Lire la suite