Aller au contenu

Devis comparatifs : Diagnostics, Expertises, Études, Travaux

Accès prestataires

Obtenez les meilleures offres partout en France
en comparant les devis des 336 experts inscrits

Comparez 3 devis gratuits sans engagement
Aide Vous pourrez préciser votre demande à la fin du formulaire

À quoi sert le DPE ?

Le diagnostic de performance énergétique a pour objectifs d’informer le futur propriétaire ou le futur locataire sur la consommation énergétique du logement (en Kilowatt-heure/m2 et par an) et le coût moyen de celle-ci. Compte tenu des méthodes de calcul disponibles, ce coût résulte soit d’une méthode standardisée de calcul de la consommation (à partir d’une méthode de calcul mise au point par les pouvoirs publics), soit de la moyenne des relevés des consommations sur 3 ans. L’information donnée est une estimation à partir d’un prix moyen du kwh fourni par la DGEMP.

Il doit permettre aussi de sensibiliser le futur propriétaire ou locataire des conséquences de sa consommation en énergie sur le climat de notre planète, en repérant cette consommation (en kWh/m2/an) et les émissions de CO2 (en kg/m2/an) qui en résultent, d’une part sur une étiquette "énergie"et d’autre part sur une étiquette "climat", suivant une échelle de A (logement économe) à G (logement énergivore).

Son objectif est également de donner au futur propriétaire ou locataire des conseils pour maîtriser sa consommation sous forme de préconisations de gestion et de comportement et au futur propriétaire des recommandations de travaux d’économie d’énergie et de lutte contre l’effet de serre.

Sous l’effet conjugué de la flambée du prix du baril de pétrole et du réchauffement climatique annoncé, l’intérêt du public pour les économies d’énergie est palpable depuis quelques années. Cet intérêt concorde avec le Protocole de Kyoto qui fixe, pour 2050, une consommation énergétique moyenne par logement de 50 kWh par mètre carré et par an contre 330 kWh actuellement.

Tout l'enjeu consiste désormais à limiter la consommation d’énergie (chauffage, eau chaude, éclairage, ventilation et climatisation) dans les logements privés comme dans les bâtiments publics. A lui seul, le secteur résidentiel-tertiaire est responsable de 21 % des émissions de gaz à effet de serre (source ADEME, 2004). Pour inciter à la rénovation de l’immobilier, un "diagnostic de performance énergétique" est mis en place depuis novembre 2006 afin de mieux identifier les consommations d’énergie des logements et des bâtiments, d’encourager aux travaux et, à terme, de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le DPE est un descriptif du logement et de ses équipements, avec une estimation de la consommation annuelle d’énergie (en kWh/m2 par an) et de leurs coûts afin de mieux évaluer la facture à payer. Sont pris en compte : le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le refroidissement et la ventilation. Le nombre d’occupants, le climat local et l’isolation sont aussi comptabilisés. Pour les appartements avec une installation de chauffage et de production d’eau chaude collective, les calculs de consommations réelles se font sur la base de décomptes de charges ou de relevés des consommations.

Afin d’afficher un résumé du diagnostic de performance énergétique de manière pédagogique, le logement est classé sur deux étiquettes "énergie" et "climat" ayant des échelles de référence allant de A (économe en énergie, faible émission de gaz à effet de serre) à G (énergivore, forte émission de GES), comme pour l’électroménager. Sur l’étiquette "énergie", la performance en terme de consommation annuelle d’énergie primaire est indiquée en kWh par mètre carré et par an, et en euros. Sur l’étiquette "climat", la performance en termes d’émission de gaz à effet de serre (GES) est exprimée en kg équivalent CO2 par mètre carré et par an.

Des recommandations de travaux permettant d’économiser de l’énergie et d’améliorer la performance du bâtiment avec un ordre de grandeur du coût des travaux ou des équipements, les économies de consommation réalisables en kWh, l'évaluation des économies financières potentielles, le niveau du temps de retour sur investissement, le crédit d'impôt dont le futur occupant peut bénéficier.

L’objectif est d'inciter les propriétaires à engager des travaux d’isolation, à remplacer les équipements vieillissants aux profits de plus performants (chaudière à condensation…), voire à installer des équipements de production d’énergies renouvelables (panneaux solaires, chaufferie bois…) pour valoriser le bien immobilier.

Publié le 19/06/2011