Aller au contenu

Devis comparatifs : Diagnostics, Expertises, Études, Travaux

Accès prestataires

Obtenez les meilleures offres partout en France
en comparant les devis des 329 experts inscrits

Comparez 3 devis gratuits sans engagement
Aide Vous pourrez préciser votre demande à la fin du formulaire

Les tarifs du gaz augmenteront d'environ 1,6% au 1er novembre

Depuis le 28 septembre, date à laquelle l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) a annoncé la limitation de la production de pétrole, l'or noir n'a cessé de prendre de la valeur. Une augmentation qui s'est très vite faite ressentir sur le prix des autres types d'énergie dont le gaz.

Limiter pour mieux rééquilibrer

Depuis plus de deux ans, on enregistre une surproduction de pétrole sur le marché mondial. Un phénomène qui va à l'encontre du rééquilibrage tant attendu. L'Opep a alors pris la décision de limiter la production pour accélérer le rééquilibrage. Les résultats ne se sont pas fait attendre puisque, si le prix du baril a stagné en dessous des 50 dollars, le nouvel accord a engendré une évolution vers ce seuil symbolique. Au mois d'octobre, il a été atteint et la hausse continue puisque même les pays non-membres de l'Opep, dont la Russie, consentent à faire des efforts pour un rééquilibrage.

Au cours du mercredi 12 octobre, le baril de Brent enregistrait une progression de 19 cents pour atteindre les 52,60 dollars (contre 26 dollars, son point le plus bas depuis de nombreuses années, à la fin du mois de janvier) tandis que le WTI se chiffrait à 50,90 dollars après une hausse de 11 cents.

1,6% de plus pour le gaz

Plus de sept millions de foyers utilisent le gaz, et tous seront touchés par la nouvelle majoration d'environ 1,6% du prix de cette énergie. Cette hausse entrera en vigueur à compter du 1er novembre 2016 et même si elle coïncide avec la prochaine "saison de chauffe", elle est une suite logique à deux causes principales :

  • Le cours du baril de pétrole.
  • Le prix du gaz sur le marché de gros.

Ce n'est pas une grosse surprise pour les ménages malgré la baisse de 0,8% enregistrée au mois d'octobre car d'autres augmentations avaient déjà été enregistrées au mois de juillet, août et septembre. Engie (ex GDF Suez) a tenu à préciser à nouveau que les prix du gaz sont revus mensuellement pour éviter le mécontentement du public face à une hausse importante de quelques mois.

Désormais, la nouvelle rendue officielle, les foyers doivent revoir leur budget gaz qui variera en fonction de son utilisation : pour le chauffage, pour la cuisson ou pour les deux usages.

Publié le 26/10/2016